Liseurs, Lisseuses, replongeons nous dans le Miroir. Ensemble.

Dans un premier temps, ceux qui ne connaissent pas, arrêtez de lire ces lignes et foncez lire les bouquins à la place. Je ne cherche pas à vous évincer, au contraire, je cherche à vous faire gagner du temps. Mais si vous tenez à me lire, moi pauvre petite âme, au lieu d’aller lire la saga d’une grande âme, qu’à cela ne tienne, cela reste votre choix =)

Du coup.

Ça y est, moi aussi, j’entre dans le clan des “J’ai terminé la Passe-Miroir”. À l’heure à laquelle je rédige cette ligne, je n’ai pas encore ouvert le 4e tome. Pour une seule et bonne raison. J’ai suivi le conseil de BulleDop qui était “Relisez les trois premiers tomes avant. Vraiment.” 

Je vous file sa vidéo d’ailleurs, c’est très parlant (hu hu)

Donc, pour ne pas avoir de lecture gâchée et être déçue, parce que jusqu’ici, aucun des tomes ne m’a déçue à sa sortie. J’ai suivi le conseil. Avant d’acheter le tome 4 qui me faisait terriblement de la drague sur son étalage chez mon libraire, j’ai voulu relire mes premiers tomes. 

Plus facile à dire qu’à faire. 

Pourquoi ? Très simple, je suis une nana qui aime bien prêter ses livres coup de cœur à ses proches. Du coup, dans ma bibliothèque, il n’y avait que le tome 3 qui devait bien se demander où étaient ses grands-frères.

[faire une map avec des points de localisation des tomes]

Mon tome 1 était à Montpellier, chez Nakers (qui a la même passion que moi pour la lecture) 

Mon tome 2 est perdu entre ma mère et ma grand-mère. Si ça se trouve, il se dore la pilule entre les deux maisons, le veinard. (Edit : et en ce temps de quarantaine, ce n’est plus un veinard c’est un c**)

Mon tome 3, tout seul dans ma bibliothèque au salon.

Et mon tome 4, tout seul sur ma table de nuit. Parce que, oui, je n’ai pas résisté à l’envie de l’acheter.

Donc, c’était un peu compliqué de reprendre la saga depuis le début vu que les Fiancés de l’Hiver se trouvait à 993 km de chez moi ! Heureusement, Nakers, étant une personne formidable, est venu – exprès ! – de son sud en Belgique pour mon anniversaire et m’a rendu mon premier tome comme neuf. 

A partir de là, j’ai pu faire une œillade à mon quatrième tome et lui promettre de venir caresser ses douces pages très bientôt. Encore un peu de patience

Image venant du blog la parenthèse imaginaire (lien sur la photo)

Des pépites à chaque page

Nous sommes maintenant dimanche 22 mars 2020. Confinement total en Belgique, et j’avoue n’avoir jamais été aussi heureuse d’avoir succombé à l’appel de l’achat de livres. Cela fait quelques semaines que je relisais mes précédents tomes, dont le 2e a été emprunté à la bibliothèque et rendu avant l’interdiction de sortir de chez soi. (ouf) 

Cette semaine a marqué la fin de lecture du tome 3 et j’ai ENFIN pu lire le 4. Avec une faim insatiable. 

Pour donner un exemple, cela m’était difficile de le lâcher pour répondre à mes besoins primaires. Comme aller au toilettes, manger et dormir. J’ai terminé ce tome en 4 jours. Quatre jours à vivre et respirer Passe-Miroir. A me poser des questions sur “Qui est réellement l’Autre ? Est-ce que c’est ce personnage ? Ou celui-là ? Non ce n’est pas possible, il n’y a pas de lien”. 

Puis, vers presque la fin, quelques pages avant le lever de rideau, mon cerveau m’a soufflé un petit “Et si c’était… Mais oui, c’est elle ! Regarde tous les indices ! Si si, je t’assure, c’est elle !!” Et de fait, j’avais raison. Ou du moins en partie, parce que la grande révélation m’a fait l’effet d’une claque. Entre la claque qui résonne et te dévisse la tête et celle qui te fait une gentille tape sur la joue “C’est bien m’fifille”. 

Je suis soufflée. C’est le mot. 

Cela me rappelle un écho. Ma réaction à la fin du Harry Potter 7. Lui aussi m’avait retournée. 

Et à cela, j’ai encore envie d’avoir Christelle Dabos devant moi et lui redire “vous m’avez fait revivre toutes mes sensations de lectures et d’attente d’un Harry Potter”. Mon dieu. Quel(le)s autres auteur(e)s savent encore me faire cet effet ?  Pas beaucoup. Ce qui a le mérite d’être souligné. 

Durant la relecture des précédents tomes, j’ai été émerveillée par tous les indices présents. Pour qui sait les lire et les repérer, TOUTES les réponses à nos questions sont là. Juste sous notre nez. Comme dans un Harry Potter, je me répète et je continuerai. L’écriture de cette saga est du pure génie. Un talent que j’espère pouvoir assimiler (pour ne pas dire copier, quel vilain mot !) dans mes propres écrits. 

Tout est là. Absolument tout. 

Les premiers indices sur qui est l’Autre et qui est Dieu, depuis les premières pages. 

Les 4 tomes sont une histoire à part entière et sont également des histoires dans l’Histoire. Je veux dire par là, qu’au niveau structuration narrative, chaque tome est sa propre histoire. 

Je m’explique. 

Pour faire une BONNE histoire, d’après John Truby, il y a 7 étapes clés qui doivent être présentes : 

  1. Les faiblesses et besoins
  2. Le désir
  3. l’adversaire
  4. Le plan du Héros
  5. La confrontation final
  6. La prise de conscience
  7. Le nouvel équilibre

(pour en savoir plus, je vous invite à lire “l’Anatomie du scénario” de John Truby)

Et si vous vous penchez sur ces étapes, sur UN tome comme sur l’INTEGRALITE de l’histoire, on se rend compte que ces étapes sont respectées. Dans un seul tome comme dans la saga en elle même. C’est du génie ! 

 

Le détail qui fait tout

Un autre coup de génie de la part de l’auteure, c’est cette petite touche d’humour. Ce tout petit détail dans le décor et dans l’action qui allège la gravité du moment, et en même temps, la marque pour que l’on s’en souvienne plus tard. Un exemple, qui ne spoile rien, l’arrivée de Thorn sur Anima :

Ophélie leva les yeux vers le ciel, l’estomac noué. Une masse sombre, en silhouette de baleine, perçait la brume et se détachait sur la toile de la nuit en émettant des craquements sinistres. Le ronronnement des hélices devint assourdissant. Les enfants hurlèrent de joie. Les jupons de dentelle se soulevèrent. Le parapluie jaune citron d’Ophélie et Agathe s’envola dans le ciel.

Illustration de Jainas, sur son DevianArt

Magnifique, non ? 

Et c’est ainsi sur tous les chapitres, dans tous les tomes. Un régal. 

Et en recopiant ce passage pour ce billet, j’ai encore sur la langue cette agréable sensation que m’ont donné tous ces passages.

sablier
C’est moi qui est fait ça ^^

Pour aller plus loin (attention : Spoilers !!)

Pour aller plus loin et partager avec moi toute l’admiration que je porte à l’auteure et son oeuvre, je vous invite à aller écouter ce podcast qui parle d’un pan de la scène que j’avais ressentie mais pas approfondi.

Je poursuivrais cette analyse très intéressante en soulevant un point qui m’a un poil énervée dans les commentaires. J’y ai lu quelques messages râlant sur l’avis développé par Wonder Factory comme quoi la relation amoureuse entre Ophélie et Thorn est un bonus de l’histoire.

Je suis à 1000 % d’accord avec elle : La Passe-Miroir, n’est pas une romance.

Si mes prochains mots vous blessent, acceptez mes excuses ; si vous avez été déçue et en colère parce que vous n’y avez pas trouvé votre Happy End au parfum de roses, alors vous êtes passé à côté de l’histoire.

La relation entre ces deux personnages est un bonus. Oui, et s’il faut que j’appuis et souligne cela, je dirais qu’il s’agit là d’un fil rouge, un fil conducteur ou encore une histoire dans l’Histoire. Cette sensation de lire une histoire d’amour vient surtout parce que l’héroïne et son allié sont fiancés puis mariés. Voilà, à mon sens, le point qui a dû détourner certains lecteurs du sujet central de l’oeuvre. Si vous faites partis de ces personnes, je vous en prie, reprenez vos livres et redécouvrez la saga pour ce qu’elle est : une belle histoire d’aventure et d’enquête sur le Soi. Vous ne regretterez pas d’affronter votre Autre.

Pour appuyer le détail de la contrepartie de la Corne d’Abondance, là aussi c’est du génie (ai-je trop souvent utilisé ce mot ? Oui, à 100%). On touche ici à une partie de la magie que j’aime beaucoup : l’Alchimie. Ceux qui ont vu, ne serai-ce que, Full Metal Alchemist, je n’ai pas besoin de vous expliquer le pourquoi. En alchimie, pour qu’une transmutation réussi, il faut une contrepartie équivalente. Rien ne se crée, tout se transforme. La preuve avec Ophélie qui revient de l’Envers en échange de ses doigts. Contrepartie équivalente et surtout couteuse, cette loi de la transmutation n’est pas tendre, sachez-le.

Alors, pourquoi Thorn ne revient pas de lui-même ? Voilà une très bonne question et ce qui va suivre n’est que ma propre spéculation. Une théorie, que je vous invite à contredire ou à approfondir. Tant que cela reste constructif, je suis ouverte à tout entendre et cela me fera vraiment plaisir ! Donc, ma théorie est que Thorn a tout simplement choisi de ne pas revenir dans l’Endroit. Comme il l’est évoqué dans les parties de chapitre qui lui sont consacrées, Thorn se complaint de n’avoir jamais su satisfaire une mère ( ni sa propre mère, ni sa tante et il redoute que cela soit pareil avec Ophélie), il fait également remarqué que tout ce qui a une référence au Pôle le révulse. Ophélie exceptée, il n’a aucune attache dans l’Endroit. Oui, mais alors si Ophélie est l’exception, pourquoi il…. Attends, jeune Padawan. Justement. Ophélie. Malgré son air bougon, il croit profondément en elle. Il ne doute jamais d’elle. Il sait qu’elle est capable de faire beaucoup de choses. Alors, dans toute cette confiance en elle, pourquoi elle n’arriverait pas à le retrouver dans l’Envers ? Après tout, n’étant tous les deux pas des grands causeurs, le poids du silence du monde de l’Envers, c’est une broutille. Non ?

Une autre théorie que j’ai, est que vu qu’il n’est pas un inversé, il n’a donc pas pu créer d’Echo. Ce dernier qui serait une sorte de monnaie d’échange – malgré lui – pour passé de l’Endroit à l’Envers, sans avoir sa double version dans l’Endroit. Eulalie y est entrée grâce à son Echo, Ophélie y est entrée – également – grâce à son Echo. Thorn n’en avait pas.

 

Le séjour à l’Observatoire

Beaucoup de lecteurs ont été perdu durant ce passage d’Ophélie dans « les coulisses » de l’observatoire et, du coup, ne l’ont pas apprécié. C’est justement mon contraire. J’ai été un peu perdue également, mais je pense que c’est l’effet de Christelle Dabos voulait.

Cette aile du bâtiment est clairement une branche « pour les fous ». D’inspiration d’hôpital psychiatrique, ou de laboratoire d’expérience utlra-sensorielle (genre le laboratoire d’Elf dans Stranger Things). Et justement, dans ce genre d’ambiance, que le personnage et le lecteur/spectateur se sentent perdu, c’est l’effet rechercher. Pour vous donner un exemple, regarder Sucker Punch. Vous ne vous êtes pas sentis, un peu perdu face à ses multiples univers ? Le foyer pour jeune fille qui se transforme en cabaret puis d’un coup dans un univers fantastique ? C’est fait exprès. Et une fois que Ophélie à franchis le tunnel aux miroirs, c’est l’entrée dans ce monde de brume, dans un monde étrange qui échappe à notre logique.

 

[Fin des spoils] Un virus qui gâche la fête

Cette année, la saga La Passe-Miroir et son auteure Christelle Davos étaient mises à l’honneur lors d’un festival que j’attendais avec impatience. J’avais déjà réservé mon logement, je n’attendais plus que le bon moment pour réserver mon billet de train. 

Durant le début de cette semaine, j’avais encore un petit espoir de pouvoir le faire. Mais non. Le festival Les Imaginales est annulé. Et cela est indispensable si l’on veut remporter cette bataille contre cette petite bébête. 

Anyway, durant ce festival, il y avait une exposition qui regroupait toutes les œuvres liées à la saga.  Voilà bien la pièce maîtresse que j’avais hâte de contempler !

en exemple : de Greg Manchess, huile sur toile

Je pense sincèrement qu’une fois cette pandémie finie, il y aura de nouvelles occasions pour profiter de ce genre d’exposition et de mises à l’honneur d’une si belle saga !

En attendant, Madame Dabos, j’attends avec impatience de voir quels autres bijoux vous allez sortir de votre plume ❤

echarpe
Et ça aussi ! ❤

Un commentaire sur “Liseurs, Lisseuses, replongeons nous dans le Miroir. Ensemble.

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :